Découvrez tous les témoignages

  • Découvrez tous les témoignages
Scrollez
Arnauld Delarue, administrateur de la Fondation, témoigne

Arnauld Delarue, administrateur de la Fondation, témoigne

Il m'était apparu évident que la mise à disposition des parents et de la fratrie de structures d'accueil (...) à proximité immédiate de l’hôpital était un atout majeur qui ne pouvait que se répercuter positivement sur leur soutien à leur enfant malade.
Arnauld
Pouvez-vous nous présenter votre engagement auprès de la Fondation ?
Je m'étais investi dans le projet de la Maison Ronald McDonald de Marseille en tant que chirurgien d'enfants à l'hôpital de la Timone-Enfants en 1997, et je suis depuis administrateur de l'association « Soleil au Cœur » qui la gère. C'est donc tout naturellement que je me suis également alors engagé auprès de la Fondation Ronald McDonald, dont je suis depuis conseiller « médical » du Comité Executif.

En tant que médecin, quel regard avez-vous sur la mission de la Fondation et ses actions ? En quoi l’action de la Fondation aide les enfants hospitalisés et leur famille ?
Il m'était apparu évident que la mise à disposition des parents et de la fratrie de structures d'accueil « comme à la maison » à proximité immédiate de l’hôpital était un atout majeur qui ne pouvait que se répercuter positivement sur leur soutien à leur enfant malade.
En évaluer l'impact direct sur la guérison est difficile, mais l'impact sur la qualité de vie et le bien-être de l'enfant au cours d'hospitalisations souvent longues et traumatisantes est indiscutable : les parents débarrassés des contraintes de trajet ou d'hébergement peuvent alors, plus relaxés et détendus, se consacrer entièrement à leur présence près de leur enfant.
Je n'ai eu en tant que chirurgien d'enfants que des retours extrêmement positifs des familles et des enfants. Tous ont été très satisfaits de pouvoir bénéficier d’un lieu de vie convivial et fonctionnel. C'est pourquoi je participe avec enthousiasme au bon fonctionnement des dix maisons construites par la Fondation.
Une des autres missions de la Fondation est de soutenir financièrement et de promouvoir des associations qui œuvrent pour le bien-être des enfants dans des domaines variés (santé, culture, loisirs etc.). Lors de l'évaluation des dossiers de candidatures des associations par le Comité Exécutif, j’ai toujours été impressionné par les motivations solides de tous les membres, tous impliqués dans cette recherche permanente d'amélioration de la vie des familles et des enfants, y compris non malades.

Depuis de nombreuses années en tant qu’administrateur de la Fondation, quelles grandes évolutions avez-vous vu au sein de la Fondation ?
J'ai ainsi vu pu constater au fil des années la stabilité sur le fond de ces belles motivations, mais une évolution considérable sur la forme : il s'est progressivement étoffé et structuré une équipe de gestion très soudée et efficace pour organiser au mieux l'information de la Fondation sur ses objectifs, la recherche de financements nécessaires au fonctionnement des Maisons et au mécénat en faveur de l'enfance, et réfléchir sur les orientations à prendre à moyen et long terme pour développer, optimiser et adapter aux évolutions de la société les actions de la Fondation.

Que pensez-vous que la pluralité des profils des administrateurs de la Fondation apporte, comment cela nourrit-il les échanges et les réflexions ?
La pluralité des profils des Administrateurs est un élément essentiel d'efficacité dans la mesure où l'équipe a pour seul objectif d’améliorer le rôle de la Fondation, chacun apportant son expérience dans son domaine de compétence, sans le moindre conflit d’intérêt ni de préséance.
C'est dire le plaisir que j'ai d'apporter à la Fondation Ronald McDonald mon expérience de chirurgien d'enfants dans ses actions, maintenant incontournables sur le bien-être des enfants et de leurs familles.
L'équipe de la Fondation Ronald McDonald témoigne

L'équipe de la Fondation témoigne

Faire qu’aucun enfant hospitalisé ne soit privé de sa famille, tout en relevant les défis liés à la parentalité auxquels la société et le monde sont confrontés, notamment dans un contexte socio-économique complexe.
L'équipe de la Fondation
Quelle est votre mission au sein de la Fondation Ronald McDonald ?

Anne : En tant que cheffe de projet communication et développement, je m’occupe de la communication digitale de la Fondation ainsi que du pilotage des campagnes médias et des partenariats de contenus. Je suis également en charge du développement des ressources, de l’outils de gestion des séjours au sein des Maisons et du déploiement de l’outil CRM de la Fondation.
 Delphine : En tant que Responsable communication interne et externe, ma mission est de faire connaître l’action de la Fondation à un maximum de personnes pour fédérer et mobiliser des soutiens autour de notre cause, ainsi que de valoriser tout le travail formidable effectué par les équipes au sein de nos Maisons et de la Parenthèse. Je suis également chargée du développement du programme d’accompagnement des familles sur des sujets sociétaux : les Ateliers de la Parentalité.
Véronique : En tant que Responsable vie associative et soutien aux programmes, je gère et assure l’accompagnement opérationnel des Maisons et de la Parenthèse Ronald McDonald en adoptant une position de conseil, de soutien et de suivi technique et fonctionnel à la vie associative. Je pilote également le Prix Fondation Ronald McDonald.
Isabelle : En tant qu’assistante de la Fondation, je suis le premier contact auprès de nos partenaires, de la Fondation de France (dont nous sommes sous l’égide) et des équipes de nos structures. Je m’occupe également des reportings annuels et j’accompagne l’équipe sur différentes missions.
Thomas :  En tant que Directeur Exécutif, je supervise l’ensemble des programmes, je gère les relations avec la Gouvernance (RMHC, notre Maison Mère / la Fondation de France, qui nous abrite / nos administrateurs ainsi que le GIE qui regroupe les franchisés). Je pilote également la stratégie, le budget et la levée de fonds.
 
Un mot pour résumer votre engagement auprès des familles d’enfants hospitalisés ?

Anne : Lien
Delphine : Inconditionnel
Véronique : Valeurs humaines
Isabelle : Accompagnement
Thomas :  Émotions

Pour vous, c’est quoi “prendre soin des familles” ?  

Accompagner un maximum de familles lorsqu’elles rencontrent des situations complexes avec nos 4 programmes :
Avec les Maisons de Parents Ronald McDonald, la Parenthèse Ronald McDonald :
- Soutenir les familles confrontées à l’hospitalisation de leur enfant en veillant à respecter le ressenti de chacun face à la douleur et la maladie.
 - Etre à l’écoute et s’adapter en fonction de chaque besoin.
 - Pouvoir soulager les parents pour qu’ils puissent être présents à 100% auprès de leur enfant hospitalisé, mais aussi auprès de la fratrie.
Avec le Prix Fondation Ronald McDonald et les Ateliers de la Parentalité : Soutenir la parentalité

Quels sont les prochains défis à relever pour l’équipe de la Fondation Ronald McDonald ?
- Continuer d’affirmer une ambition : faire qu’aucun enfant hospitalisé ne soit privé de sa famille, tout en relevant les défis liés à la parentalité auxquels la société et le monde sont confrontés, notamment dans un contexte socio-économique complexe.
  •  Pérenniser nos programmes et continuer à faire vivre notre mission en développant 2 nouvelles structures d’accueil des familles à horizon de 2030.
  •  Développer les pratiques de terrain dans un réseau en croissance par la formation des équipes et l’harmonisation des pratiques.
Ginette

Témoignage de Ginette

Le bénévolat m’apporte une espèce de bien être intérieur. Les parents sont des personnes qui ont besoin de soutien et je peux leur apporter un moment de bien être, de partage et de confidence, parler des enfants.
Ginette
Pour quelles raisons vous êtes-vous engagée en tant que bénévole au sein de la Maison ?
Je faisais un rallye avec l’Association Trait d’Union pour amener des enfants malades en sortie. La maman d’un des enfants participants m’a parlé de la Maison des Sourires et m’a dit qu’ils recherchaient des bénévoles. J’ai donc pris RDV avec la directrice.
Après avoir échangé sur mon activité, j’ai proposé des soins du visage, du maquillage … Je venais un fois par mois et plus si des mamans étaient en demande.

Qu’est-ce que ce bénévolat vous apporte ?
Le bénévolat m’apporte une espèce de bien être intérieur.
Les parents sont des personnes qui ont besoin de soutien et je peux leur apporter un moment de bien être, de partage et de confidence, parler des enfants.
Au contact de ces familles, je me rends compte que je ne dois pas m’apitoyer sur mon sort.
Ce bénévolat m’a aidé à passer le cap des périodes personnelles difficiles.

Si vous deviez résumer votre rôle dans la Maison ?
Apporter mon temps de bénévolat pour le bien être des familles, participer aux actions et à la vie de la Maison. Être une mémoire de la Maison et pouvoir raconter son histoire.

Quels sont les conseils que vous pourriez donner à un nouveau bénévole ?
Etre avenant et souriant
Etre disponible
Etre discret
Etre proche de l’équipe de la maison pour connaître les familles auprès desquelles je vais intervenir

Pouvez-vous résumer en 3 mots votre bénévolat au sein de la Maison ?
Bonheur
Evolution personnelle
Utilité

Comment accompagnez-vous les familles ? Quelles actions menez-vous ?
Apporter du bien-être aux familles
Les accompagner tout au long de la période difficile qu’elles traversent
Proposer des soins et offrir des cadeaux dès que c’est possible

Selon vous, quelle est la qualité la plus importante pour bien accompagner les familles :
Avenante

Racontez-nous un moment fort avec une famille au sein de la Maison 
C’était au tout début de mes interventions. Une maman de jumeaux nés très prématurément participait à mes ateliers de soins du visage.
Cette maman ne parlait pas, elle était là, c’est tout.
J’ai commencé à parler de choses banales, pour arriver à échanger sur les enfants, mais il a fallu du temps. C’est au 2nd RDV qu’elle a commencé à avoir confiance et se livrer sur ses angoisses de survie de ses bébés. Elle s’est ouverte petit à petit à moi, avec le sourire qui est apparu sur son visage au fur et à mesure des séances.
Ces moments ont été importants pour elle, car seule en tête à tête, sans parler tout le temps des enfants.
Ce qui m’a marqué, c’est que c’était la première fois que j’avais une maman complètement silencieuse pendant le soin, avec l’œil constamment sur le téléphone. La 1ère séance a été très difficile pour moi car je ne savais pas quelles paroles avoir pour l’amener à communiquer.
Réussir à créer un lien et communiquer par la suite avec elle a été une grande satisfaction pour moi. C’était la 1ère fois que j’étais confronté à une situation grave.
J’ai ensuite été très touchée lorsque cette famille est revenue fêter les 1 an des enfants en m’invitant à se joindre à eux.

Merci à Ginette, bénévole depuis plus de 15 ans à la Maison de Limoges, pour son témoignage !
Charlotte et Nadège, IDE

Témoignage de Charlotte et Nadège

La présence des parents est essentielle auprès de leur enfant afin de le rassurer, réconforter, lui apporter des explications en lien avec sa santé adaptée à son vocabulaire. Les parents connaissent leur enfant, ses habitudes, ses réactions. Ils sont des acteurs essentiels entre l’enfant et les soignants.
Charlotte et Nadège
Quel est le lien entre l’hôpital et la Maison ? Quel lien entretenez-vous avec le personnel de la Maison ?
La maison des sourires est une structure proche de l’Hôpital Mère Enfant (HME). Lors de l’accueil d’un enfant en urgence, si les 2 parents sont présents, nous communiquons les coordonnées aux familles. Ainsi un parent peut rester dans la chambre de l’enfant et l’autre à proximité à la Maison des sourires.
Nous pouvons être amenées également à contacter directement la Maison des sourires afin de suppléer les familles.
Dans le cadre d’hospitalisation programmée, pour tout enfant habitant loin de Limoges et devant être présent dans l’établissement tôt le matin, il peut être accueilli à la Maison des sourires la veille de l’hospitalisation.

En quoi la présence des parents est-elle importante pour les enfants hospitalisés ?
La présence des parents est essentielle auprès de leur enfant afin de le rassurer, réconforter, lui apporter des explications en lien avec sa santé adaptée à son vocabulaire. Les parents connaissent leur enfant, ses habitudes, ses réactions. Ils sont des acteurs essentiels entre l’enfant et les soignants.

Voyez-vous une différence/une amélioration dans le processus de guérison d’un enfant lorsque ses parents sont à ses côtés quotidiennement ?
Oui, il est démontré que la présence parentale est indispensable au bien-être de l’enfant et apporte une évolution positive de sa maladie.

Quelles sont vos recommandations auprès des parents pour les aider à soutenir leur enfant lors de son hospitalisation ?
Les parents sont ceux qui connaissent le mieux leur enfant et ils sont là pour nous aider dans la relation avec l’enfant. Ils sont aussi là pour le rassurer, le mettre en confiance. Nous pouvons répondre à leurs questions d’organisation afin qu’ils puissent être présents. Une salle de repos est à leur disposition des parents afin de manger à proximité de leur enfant. La Maison des sourires est un lieu où ils peuvent se ressourcer ponctuellement ou plus longuement selon leur souhait.

En quoi la Maison et ses équipes sont-elles importantes pour les familles d’enfants hospitalisés ?
La Maison est un lieu d’échange entre les familles. L’équipe de la Maison est présente pour soutenir les parents/l’entourage, apporter une écoute attentive ce qui peut être très réconfortant pour les parents et l’équipe est toujours bienveillante.

Merci à Charlotte et Nadège, infirmières puéricultrices à l’Hôpital de Limoges et coordinatrices du parcours patient Pédiatrie médicale – Chirurgie pédiatrique, pour leur témoignage ! 
Gisèle, agent d'accueil polyvalent famille

Maison des Parents de Nantes - Gisèle, agent d'accueil polyvalent

Notre priorité reste toujours l’accueil des familles et le souci de répondre à leurs besoins dans la mesure du possible. Tout cela contribue au bien-être des familles qui, malgré l’inquiétude et l’angoisse face à la maladie de leur enfant, arrivent à rire et à sourire.
Gisèle
" Je suis à la Maison des Parents depuis son ouverture en 2007 et même avant puisque j’ai fait partie d’un collectif d’associations du CHU de Nantes qui essayait de trouver des solutions aux problèmes d’hébergements des familles d’enfants hospitalisés au CHU. En effet, nous recevions des témoignages de familles qui nous disaient dormir dans leur voiture car elles n’avaient pas les moyens de payer une ou plusieurs nuits d’hôtels. En même temps que s’achevait la construction de l’hôpital mère-enfant, il fallait trouver des réponses pour ces familles qui souhaitaient rester près de leur enfant et qui bien souvent étaient éloignés de leur domicile.
Nous avons décidé d’être partie prenante avec les instances du CHU pour répondre aux besoins des familles. Bien sûr, cela a fait l’objet de nombreux échanges, débats et discussions parfois houleux entre le CHU et la mairie bien que consciente du problème n’avait ni solutions ni les moyens de financer un tel projet.
Pour nous, association, il était important d’avoir une structure d’accueil pour les familles car l’Hôpital Mère-Enfant s’apprêtait à accueillir un grand nombre d’enfants. Malgré les a priori vis-à-vis de McDonald’s, la Fondation Ronald McDonald, le CHU et notre association se sont mis d’accord à notre grande satisfaction pour la construction de la Maison des Parents telle que vous la connaissez aujourd’hui sur un terrain appartenant au CHU.
Notre association a également suivi le projet architectural et l’aménagement de la Maison jusqu’à son ouverture en 2007. C’est donc tout naturellement que j’ai eu envie de poursuivre mon engagement sur le terrain, tout d’abord comme bénévole et à partir de 2007 comme salariée.

Quel soulagement pour les familles d’arriver dans la Maison, bien souvent surprises par la qualité de l’aménagement, de l’équipement et aussi heureuses de pouvoir profiter du jardin et surtout d’être à quelques pas de leur enfant.
Tout au long de ces années, la Direction et ses équipes ne cessent d’apporter des améliorations afin d’offrir aux familles (car certaines sont là plusieurs mois) un cadre agréable et moderne.
Nous recevons beaucoup de remerciements et d’éloges sur la Maison et ses équipes, comme on peut le lire dans les livres d’or.
Notre priorité reste toujours l’accueil des familles et le souci de répondre à leurs besoins dans la mesure du possible. Tout cela contribue au bien être des familles qui malgré l’inquiétude et l’angoisse face à la maladie de leur enfant arrivent à rire et sourire.
En 15 ans, j’ai aussi bien sûr vu les équipes changées mais l’âme de la Maison, elle, ne change pas. Même si je fais moins d’heures qu’au début je reste toujours aussi motivée et attachée à la Maison des Parents que je considère comme ma deuxième famille.
J’y ai vécu des moments douloureux certes mais aussi des moments heureux, émouvants et festifs comme les apéros et les repas partagés, les fêtes que l’on célèbre, les anniversaires des enfants …

J’en profite aussi (puisqu’on me demande de témoigner) pour remercier Karine, ma directrice, toujours à l’écoute et bienveillante avec son équipe ! "

Merci à Gisèle, agent d'accueil polyvalent à la Maison de Nantes, pour son témoignage !

Le témoignage des familles en vidéo

Cécile F.

[INFORMATIONS LIMOGES] Témoignage

Ici tout est pensé pour panser et adoucir nos douleurs d'âme…jusqu'à la pensée du jour ! On peut parler de "nid" car on retrouve les repères de nos "chez nous" et tout y est irréprochable. Je tire mon chapeau et je remercie au nom de toute la famille d'Andy qui a eu le réconfort de me savoir bien, comme si un relais était passé. Ici des sourires, des mots apaisants, un soutien, de l'aide, de la générosité de cœur... Merci du fond de mon cœur.
Cécile F, maman accueillie à la Maison de Limoges
Sophie Vouzelaud

[MAISON LIMOGES] Témoignage

J’ai accepté naturellement d’être la Marraine de la Maison des Sourires car ça me tient à cœur. C'est un endroit rempli d’amour, les familles qui y viennent vivent toujours quelque chose de très difficile. Cet endroit est un véritable arc-en-ciel au milieu de jours compliqués ! L'équipe et les bénévoles font un travail exceptionnel, je ne suis pas seulement heureuse d’être la Marraine de cette magnifique Maison, j’en suis honorée !
Sophie Vouzelaud, marraine de la Maison de Limoges
Vincent Lucas, Chef étoilé et Parrain de la Maison de Bordeaux

[MAISON BORDEAUX] Témoignage

Tout a commencé avec un coup de téléphone de Virginie, la directrice, pour me parler du McDéfi ; un diner gastronomique cuisiné à base de produits 100 % McDonald’s, en vue de levée des fonds pour la Maison Tout de suite, l’idée m’a plu et en une demi-heure, j’avais dit oui ! Un beau défi à relever mais aussi le début d’une belle aventure. Selon moi, être parrain, c’est avant tout, donner aux familles, en leur offrant un moment, d’évasion, de partage et d’émotion ...
Vincent Lucas, Chef étoilé et Parrain de la Maison de Bordeaux
Diversey

[DEVENIR PARTENAIRE] Témoignage Diversey

Le projet des Maisons de parents porté par la Fondation Ronald McDonald s'inscrit pleinement dans nos valeurs. Depuis 2007, nous avons bâti un partenariat solide qui repose sur trois niveaux d'engagement : opérationnel, humain et financier. Notre démarche s’inscrit dans la durée et nous serons aussi aux côtés de la future Maison à Paris.
Jean-Baptiste Fantuzzi, Chef de marché France et Europe du sud chez Diversey
Aymeric Jeanneau

Strasbourg - Témoignage Aymeric Jeanneau

Lorsque le Président de l’association et la directrice sont venus me rencontrer pour me proposer de devenir le parrain de la Maison de Strasbourg, mon premier sentiment a été un sentiment de fierté. J’étais sollicité, non pas pour représenter l’image d’un joueur professionnel à qui l’on porte bien souvent une importance démesurée, mais pour faire partie de cette famille. Une famille unie qui dépasse le cadre du sens normal de la vie.
Aymeric Jeanneau, parrain de la Maison de Strasbourg